Etudes

MetalSkin dépasse les exigences de la NF S90-700

La norme S90-700 sur la mesure de l’activité de base des surfaces non poreuses demande que, sur quatre souches distinctes, une mortalité de 99% soit observée en 1 heure (division par 100 ou 2 log) avec chacune d’entre elles. MetalSkin Medical, testé selon ce protocole, obtient un résultat moyen de 3,45 log, ce qui se traduit environ par une division par 3000. Ceci fait de MetalSkin un champion de l’auto-décontamination et le véritable chainon manquant entre la désinfection des mains et celle des surfaces qui restent toutes les deux rigoureusement indispensables!

Pour les résultats cliquez Ici: CONFORMITE S90-700 METALSKIN MEDICAL

Une étude américaine établit la mortalité du COVID-19 sur le cuivre

Une étude publiée dans The New England Journal of Medicine en Mars 2020 démontre que le cuivre a une action biocide sur le COVID-19 qu’il éradique en moins de 4 heures. D’autres sources scientifiques précisent en outre que, dans l’intervalle, le virus perd de sa virulence. Ceci permet de penser que MetalSkin Medical®, dont le principe actif est le cuivre, pourrait avoir cette efficacité également et apporter une protection virucide sur les surfaces. Nous nous efforçons en ce moment même de trouver un (ou des) laboratoire(s) susceptible(s) de conduire des tests avec COVID-19 sur MetalSkin Medical®. Nous vous tiendrons au courant.

 Le texte de cette étude est consultable ICI: Aerosol and Surface Stability of SARS-CoV-2 as Compared with SARS-CoV-1

 

L’efficacité de MetalSkin Medical® a été testée in situ

Sous la supervision du Pr J.P Daurès, épidémiologiste, et directeur du laboratoire de biostatistique de l’Université de Montpellier, ainsi que de M.G Leroy, hygiéniste et membre du conseil d’administration de la SF2H, une étude a été conduite en double aveugle sur 6 chambres, 7 points de contact par chambre, pendant 8 semaines. Non seulement cette étude a démontré que les éléments traités avec MetalSkin Medical® étaient moins contaminés (voire totalement décontaminés) que les éléments témoins, mais il a également été démontré que le nombre total de bactéries recensées avait décru tout au long de l’étude. Ceci décrit une décontamination globale de l’environnement par effet de halo. Cette étude devrait faire l’objet d’une publication scientifique prochaine.

Les Résultats de cette étude sont consultables ICI: ARTICLE VERSION 2019 VF

Une conférence remarquable de Jon Otter à Odense (Danemark) en 2016

Jon Otter, un des grands speakers sur la prévention du risque infectieux, du Imperial College of London, et membre du comité académique de Clean Hospitals, a produit une remarquable prestation lors de la WEEK OF HEALTH AND INNOVATION en 2016 à Odense (Danemark). Son exposé fait une présentation complète et brillante d’un sujet longtemps négligé: l’influence des surfaces dans le risque infectieux.

Pour profiter de cette conférence cliquez ICI: 170226-role-of-dry-surface-contamination_jon-otter_webber-teleclass